Casey Neistat
Vidéo

Casey Neistat, le roi du daily vlogging

Casey Neistat est un youtubeur que j’apprécie beaucoup. Son dada est de faire une vidéo chaque jour, où l’on peut le suivre dans toutes ses activités. Oui chaque jour, c’est donc un vrai feuilleton. Après une pause de quelques mois, c’est reparti pour une troisième saisons de daily vlogs ! C’est l’occasion de vous parler du personnage.

Il y a deux ans de cela, le jour de ses 34 ans il décide de se lancer un défi : faire une vidéo chaque jour et la partager. A cette époque Casey est déjà connu sur Youtube pour des vidéos dans lesquelles il parle de lui, de New York, de ses voyages, etc. Des séquences drôlement bien ficelées. Mais c’est avant même que Youtube existe qu’il va faire son premier gros coup. En 2006, il dénonce l’obsolescence programmée des batteries des iPods. Trois ans avant la création de Youtube la vidéo fait plus de 6 millions de vues !

Casey Neistat : roi du storytelling

En 2008, Casey Neistat et son frère Van réussissent à vendre une série intitulée The Neistat Brothers à HBO pour un peu moins de 2 millions de dollars. Chacun des 8 épisodes de l’unique saison est conçu comme un court-métrage autobiographique à propos des deux frères. Diffusée en 2010, cette série est un magnifique instrument de storytelling. Casey Neistat ne rechigne pas à partager sa vie privée et à la raconter à l’aide de vielles photos ou de vieux films évidemment.

On sait tout de lui, ce qui est un peu flippant quand même. Mais il se raconte tellement bien, comment lui en vouloir ? Owen son fils, Francine sa fille et Candice Pool sa femme sont des « personnages » récurrent de ses vidéos. Le studio dans lequel il travaille en fait sans doute aussi partie.

Un discours super positif

Casey Neistat a des ambitions et il se donne les moyens pour y parvenir. Son discours est super positif à l’image de l’une de ses dernière vidéo n’étant pas un vlogs : Do what you can’t. Do more et Work hard sont ses deux devises favorites, la première étant tatouée sur son avant bras. Ses vidéos, en général, diffusent le bon parfum que tout est réalisable et ça fait du bien ! Cela donne même très envie. Tableaux et croquis à l’appuie il explique sa façon de voir le travail et la vie.

Quand quelque chose le chagrine il en fait une vidéo. A l’image de celle sur les pistes cyclables de New York qui comptabilise 18 millions de vue aujourd’hui. La police New Yorkaise verbalise ceux qui ne les utilisent pas. Toujours encombrées par les travaux, les taxis, les livraisons, les poubelles, la police, les voies réservées aux vélos sont impraticables. Une série de chutes le démontre parfaitement et dénonce le problème. Aujourd’hui le Boosted board, un skate électrique, est son moyen de locomotion préféré dans les avenues de New York. Fini les pistes cyclables, il se faufile maintenant à travers les voitures et camions, c’est un expert en la matière.

Et c’est parti pour une troisième saison de vlogs !

Chaque épisode est une vraie petite histoire. Casey Neistat arrive à faire de chaque journée quelque chose d’intéressant, de divertissant en tout cas. C’est ça qui m’impressionne. Quelques séquences récurrentes font partie de son show. Par exemple le mail time qui est le moment où il ouvre les lettres et colis que les abonnés lui envoient. Casey a une façon très particulière d’ouvrir tout ce qui arrive dans sa boite aux lettres…

Aussi, son style bien à lui permet de reconnaître ses vidéos à des kilomètres. Un peu comme on peut reconnaitre un film de Wes Anderson en moins de 10 secondes. Cela fonctionne à merveille et il existe même des tutoriels pour décoder et essayer de reproduire sa manière de faire. Timelapse, running, camera qui tombe, zoom sur son visage, ajustement de la balance des blancs pendant qu’il tourne, etc. Tout cela fait partie des choses caractérisant les vlogs de Casey Neistat.

Beme : la vraie raison de ses vlogs ?

Peu de temps après avoir démarré ces vidéos journalières il annonce être en train de créer une startup. Au fur et à mesure des épisodes il va égrainer des informations à propos de son nouveau business. Il a su créer une attente chez ses abonnés. Au final il dévoile Beme, une application de partage de vidéo qui a pour originalité de filmer seulement quand on met son smartphone contre sa poitrine. L’idée est de ne faire plus qu’un avec la caméra et de partager ce que l’on voit et vit vraiment.

Aujourd’hui Beme n’existe plus en tant qu’application. La boite, elle, existe toujours et a été racheter par CNN pour environ 25 millions de dollars. Encore un bon coup ! Le lancement de cette startup a sans doute été l’une des raison du démarrage des vlogs, cela a permis de capter une audience énorme et des utilisateurs sur l’application.

Le studio de Casey Neistat

Le studio situé au coeur de Manhattan est le décor principal de toutes les vidéos de Casey Neistat. C’est un décor unique où le vidéaste garde toutes ses caméras, ses drones, son matériel défectueux ou non, exposés comme dans un musée. Un musée high tech donc ! Tous les murs sont couverts de photos, de matériel, de lumière, de boites, d’écran, etc. Un rapide coup d’oeil et on se dit que c’est le vrai bazar, mais ce n’est pas le cas. Tout est classé et rangé à sa place. Chaque chose à sa place, chaque boites indique ce qu’elle contient.

On ne sait pas vraiment ce que nous réserve Casey pour sa troisième saison de vlogs, mais je suis sûr que je vais bien m’amuser à le suivre encore une fois !

Un seul endroit pour découvrir Casey Neistat : sa chaine Youtube.

0 commentaire on “Casey Neistat, le roi du daily vlogging

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *